“Il faut que j’apprenne à ne plus attendre ta venue. Pas facile. Dès que je relâche mon attention, inconsciemment, je guette la porte qui s’ouvre sur toi, ou la sonnerie du téléphone, et ta voix à l’autre bout du fil.” Nadine Trintignant – Ma fille, Marie (photo © Jean Ber)

| 0

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.