HNY 18

posted in: Blog | 0

 

Il y a un an tout pile-poil je redémarrais ma bulle à zéro. Je pensais m’être perdue dans un tourbillon de créations, mais j’avais tout faux. Je n’étais pas perdue du tout et ce n’est absolument pas un défaut de savoir faire plein de choses, c’est même finalement un atout. Il s’agissait donc juste d’un problème d’étiquetage, de point de vue, rien de plus. Mais il fallait visiblement en passer par là pour le comprendre. Et si les choses se sont passées ainsi, c’est qu’après tout il le fallait. Quoi qu’il en soit, me voilà un an plus tard à faire le bilan de Kalon Sardin et pour la première fois depuis bien longtemps, j’ai le sourire. Un sourire grand comme ça. Ayant redéfini mes priorités, j’avance à présent à mon rythme, en mettant de côté ce que pensent les autres et en ne faisant que ce qui m’inspire. Je dessine avant toute chose, mais je carde aussi la laine, je sculpte, je peins, je photographie, je filme, j’écris et j’en suis très heureuse. Comblée, d’autant que mon année 2018 s’annonce d’ores et déjà chargée de jolis projets.

Le monde ne tourne lui pas mieux. Il va même de plus en plus mal, pour ne pas dire qu’il part complètement en vrille. Ce qui s’y passe est souvent désolant, rageant , parfois même terrifiant et il n’est pas toujours nécessaire d’aller chercher bien loin pour le constater. Pour tout un tas de raisons, je me sens souvent démunie, littéralement impuissante face à cela. Alors je me force à me noyer dans un flot de pensées et attitudes positives, coûte que coûte, à me tourner vers les ‘bonnes’ personnes et vers ce qui fait du bien. Il est peine perdue de vouloir tendre la main ou sourire à quelqu’un qui se complaît dans la noirceur, le nombrilisme, le conflit, en somme la connerie. Mais libre à chacun après tout. Je n’ai pour ma part plus de temps à perdre pour ces gens et ces choses-là. Ce temps, si précieux, ne doit être octroyé qu’aux jolies choses, simples, vraies, accessibles. Bienveillantes. Si c’est un peu con de penser ainsi dans le fond ? Ah oui oui sûrement, et dans la forme aussi tiens tant qu’on y est, mais on s’en fout complètement puisque ça a le mérite de rendre heureux.

Je vous souhaite donc une bonne et heureuse année 2018, une merveilleuse année remplie chaque jour de petits et grands bonheurs, de mains qui se tiennent sans jamais se lâcher, d’amour à en faire voltiger le palpitant dans tous les sens, d’espoir à ne jamais perdre, de sourires, rires et fous rires à s’en décrocher la mâchoire, d’amitiés belles et sincères qui ne vacillent jamais et sur lesquelles on pourra toujours compter, de trucs pétillants et tout de même un peu barrés (voire carrément beaucoup en fait),  de gentillesse à tout va à en rendre aimable et aimant Donald Trump le plus con de tous les cons, de belles émotions à s’en coller de la buée sur les yeux, de bras tendus capables d’enlacer tendrement sans arrière-pensée, d’un coeur gros et qui bat fort posé là, juste là dans le creux de la main et d’une générosité sans nom, mais aussi d’iode, d’océan, de cidre, de crêpes ou galettes et quoi qu’il en soit d’une bonne dose de beurre salé pour parfaire le tout !

Hier ne pourra pas être changé.

Demain sera déjà trop tard.

Soyons heureux sans attendre !

 

 

 

 

 

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.